Partagez | 
 

 Avenir montagne : IDAE. Le n° 2 est sorti !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.yannIDAE
0isillon curieux
0isillon curieux


Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 45
Vos animaux : chats chiens etc
Date d'inscription : 01/04/2010

MessageSujet: Avenir montagne : IDAE. Le n° 2 est sorti !   Lun 27 Fév - 13:33

Bonjour,

Le premier numéro de la feuille d'information d'IDAE va être distribué à plusieurs milliers d'exemplaires dans des boites aux lettres des Hautes Alpes.

Il informe le public sur les actualités environnementales de la région (mais pas uniquement).

Vous trouverez une copie au format pdf sur la page : http://animaux-nature.info/spip.php?rubrique237).

Si cette initiative vous plait, vous pouvez aider l'association !

1) en enregistrant puis faisant circuler le pdf à tous vos contacts. Le but est vraiment de faire circuler l'information environnementale au maximum.

2) en faisant un don pour permettre l'impression des futurs numéros. A titre d'exemple, un don de 10 euros permet l'impression de 100 copies. Votre don sera déductible à 66% de vos impots sur le revenu.

Pour tout renseignement :

IDAE
Le Bourget
05230 Chorges
Site web : www.animaux-nature.info


Dernière édition par yannIDAE le Lun 11 Juin - 5:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.animaux-nature.info
.yannIDAE
0isillon curieux
0isillon curieux


Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 45
Vos animaux : chats chiens etc
Date d'inscription : 01/04/2010

MessageSujet: Re: Avenir montagne : IDAE. Le n° 2 est sorti !   Lun 11 Juin - 5:46

Bonjour à tous !

Le numéro 2 d’Avenir Montagne, feuille d’information sur l’actualité environnementale et animale dans le sud-est de la France, est désormais disponible.

Vous pouvez la télécharger directement sur cette page : http://www.animaux-nature.info/IMG/pdf/AvenirMontagne2.pdf

Merci de la faire suivre à ‘tous’ vos contacts ! Le but est de faire circuler l’information au maximum.

5000 exemplaires en version papier recyclé seront distribués la semaine prochaine dans des boites aux lettres du département 05.

Nous sommes toujours à la recherche de bénévoles pour la distribuer, et de soutiens pour financer les prochains numéros !

Merci,
L’équipe d’IDAE.
www.animaux-nature.info
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.animaux-nature.info
.yannIDAE
0isillon curieux
0isillon curieux


Masculin
Nombre de messages : 52
Age : 45
Vos animaux : chats chiens etc
Date d'inscription : 01/04/2010

MessageSujet: Re: Avenir montagne : IDAE. Le n° 2 est sorti !   Ven 4 Oct - 4:42

Et voilà le numéro 4, pour ceux qui habitent dans les Alpes ou qui y passent faire du tourisme !

Bonjour, cette quatrième feuille d’info vous présente les actualités environnementales des Alpes du sud. N’hésitez pas à la transférer à vos contacts.

HAUTES-ALPES ET TERRITOIRES LIMITROPHES

AGENDA
(pour plus de détails, cliquez sur la page agenda de notre site web ou sur les liens indiqués)

- 3 octobre à Champoléon, conférence : "Protéger l'agneau sans perdre le loup ?", à 15 h (http://www.maisonduberger.fr)
- 4 octobre à Gap : animation "Les oiseaux du ciel" (promotion des refuges LPO) au magasin Botanic, de 9 h à 19 h (http://paca.lpo.fr)
- 5 octobre à Vinon-sur-Verdon et Cadarache (04) : sortie nature (départ 8 h de Gap) (http://paca.lpo.fr)
- 4 octobre partout dans le monde : Journée de l’animal, nombreuses manifestations organisées (www.worldanimalday.co.uk)
- 5 et 6 octobre à Montfroc (26) : foire bio, de 10 h à 18 h (foirebiomontfroc@live.fr)
- Du 8 au 13 octobre à Château-Arnoux St Auban (04) : rencontres Objectifs nature (expositions, conférences, sorties, films) (http:// objectifsnaturehauteprovence. blogspot.fr)
- 10 octobre à Gap (salle Dum’art) : atelier botanique, 18 h (http://www.sapn05.org)
- 11 octobre au Royal de Gap (rue Pasteur) : conférence "Photovoltaïque : solutions actuelles et futures", avec un physicien de l'université Aix-Marseille-CNRS, à 18 h (www.gsa05.fr)
- 12 octobre partout en France : jour de la nuit (sensibilisation à la pollution lumineuse) (www.jourdelanuit.fr et http://www.pays-sud.fr/le_ conseil_de_developpement_du_ pays_s_u_d/actualite pour le programme local)
- 12 octobre dans toutes les Hautes-Alpes : prospection internationale des gypaètes barbus (rapaces), départs de Veynes, de Châteauroux-les-Alpes (etc) à 9 h (http://www.ecrins- parcnational.fr et http://paca.lpo.fr)
- 16 octobre à Corréo/ La Roche des Arnauds : sortie nature, départ de Gap à 9 h (http://paca.lpo.fr)
- 18 et 19 octobre à Forcalquier (04) : rencontres autour de l’alimentation (films et débats) (http://www.cabinetidee.com/ rencontre.CIIDHUM.html)
- 20 octobre à Pierrevert (04) : foire bio (www.agribio04.wix.com/ foirebio)
- 24 et 25 octobre à La saulce (sur le site des Piles) : animation-formation sur la "Trame verte et bleue" (http://paca.lpo.fr)
- Du 25 au 27 octobre à Marseille : salon bio et bien-être (http://www.salon-artemisia. com)
- 26 octobre à Orpierre : 11ème marché aux fruits anciens (ateliers, expositions, commerçants) (http://www. fruitsanciensdorpierre.fr)
- 1er novembre à Saint-Bonnet en Champsaur, au cinéma : projection du film "Taste the waste" sur le gaspillage alimentaire, dans la cadre du festival européen Alimenterre, 20 h 30 (www.lajuncha.wordpress.com)
- 3 novembre à Ribiers : sortie nature, départ de Gap à 9 h (http://paca.lpo.fr)
- 4 novembre à Embrun, à la Manutention : réunion publique de présentation de l’étude d’enfouissement des lignes THT par l’association Avenir Haute Durance, 20 h (http://www. avenirhautedurance.com)
- 6 novembre à Gap, au Royal : projection et débat autour du film "Lovemeatender" sur la filière viande, dans le cadre du festival européen Alimenterre, 20 h (http://echangeonslemonde. free.fr)
- 7 novembre à Sisteron, au musée Terre et temps : exposition et conférence sur le castor (http://centresoins0405.free. fr)
- 13 novembre à Gap, à l’université : table ronde sur "L’intégration du développement durable dans le cursus des formations professionnelles de montagne", 9 h (http://www.mountain-riders. org)
- 14 novembre à Marseille : congrès sur les énergies renouvelables en PACA, 9 h (20 euros) (http://www.fnepaca.fr/ congres_355.php)
- 14 novembre à Châteauroux-les-Alpes, à la Maison du parc des Ecrins : atelier botanique, 18 h (http://www.sapn05.org)
- 20 novembre à Barcillonnette : atelier bricolage, construction de nichoirs, à 9 h (http://paca.lpo.fr)
- 1er décembre à Rémuzat (26) : sortie vautours, départ de Gap à 8 h (http://paca.lpo.fr)
- 13 décembre à Gap, au Royal (rue Pasteur) : conférence "Quand trop de lumière nuit", avec l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturne, à 18 h (http://www.gsa05.fr)

INFORMATIONS

Le Foreston
Depuis, quelques années, le Conseil Général multiplie les (effets d’) annonces à propos d’un projet pharaonique situé sous Le Sauze du Lac, face à la baie de Chanteloube, à la place de l’ancienne compagnie Shell. L’idée : construire une résidence pour retraités aisés, avec baie privative, station d’épuration et de pompage dans le lac, bungalows de luxe, complexe aqualudique, hôtel-restaurant, et téléphérique reliant la plage à la route du Sauze. Coût : 35 millions d’euros…
En exclusivité internationale, l’association IDAE, avant même l’enquête publique ou le dépôt du permis de construire, vous révèle les grandes lignes de ce dossier : blah blah blah création d’emplois… blah blah blah projet structurant pour notre département… blah bah blah constructions bien intégrées dans l’environnement… blah blah blah bâtiments basse consommation en bois.
"Un projet tellement écologique qu’on dirait que c’est Greenpeace qu’a instruit le dossier !" s’enorgueillit l’un des grands pontes du BTP local. "Des retombées économiques essentielles, sinon le PIB par habitant des Hautes-Alpes tombera en dessous de celui du Bangladesh !" surenchérit un politicien enthousiaste.
Bon, quant aux créations d’emploi, si le but est de faire tourner l’économie à vide avec des grands projets inutiles, autant payer des gens à faire des trous et à les reboucher, ou à tisser des tapisseries le jour et les découdre la nuit, plutôt que de gâcher l’environnement, non ?
Dans tous les cas, on pourra s’étonner que des élus de la République, qui devraient assurer le respect des lois ou au pire montrer l’exemple, aient pu ne serait-ce qu’imaginer une telle ignominie. En effet, elle nécessitera d’enfreindre l’esprit de trois lois votées par les députés français : loi littoral, loi montagne, site inscrit du barrage de Serre-Ponçon. Et même, peut-être, destruction d’espèces protégées. Allez, en ajoutant la Convention alpine, on pourrait arriver à battre un record départemental. Chiche ?

Des nouvelles de la lutte contre le projet de lignes électriques aériennes :
L’enquête publique s’est terminée en juillet dernier. C’est une étape importante dans l’élaboration d’un grand dossier d’urbanisme. Sans surprise, les commissaires enquêteurs ont rendu un avis favorable. Mais ces commissaires sont désignés et rétribués par l’état ; il est extrêmement rare qu’ils aillent à l’encontre d’un projet. D’autre part, l’avis favorable est accompagné de deux réserves et de six recommandations. Ils émettent des doutes sur les capacités d’RTE (EDF) à respecter ses engagements en matière d’intégration et d’impact environnemental. D’une manière générale, un avis favorable avec réserves équivaut souvent en termes "diplomatiques" à un avis défavorable ; ce n’est donc pas une catastrophe. Gardons à l’esprit que dans le cas de la carrière de la société Routière du midi, sur la Durance, le préfet avait rendu un avis final défavorable, allant à l’encontre de l’avis de l’enquêteur public. Attendons donc avec calme l’avis du ministre…
L’enquête a montré une formidable mobilisation de la population (locaux comme touristes), avec plus de 2000 contributions écrites (lettres et annotations sur les cahiers des mairies). Au total, plus de 12 500 pétitions ont été remises, récoltées en seulement un mois et demi ! Sur les 2161 contributions, 98 % (quatre-vingt-dix-huit pourcents !) se sont montrées opposées au projet de lignes aériennes actuel. Ceci montre, comme l’avait également prouvé la consultation publique de la mairie de Chorges en décembre 2011, l’opposition absolue du public aux lignes THT entre Gap et Briançon.
L’association AHD a financé une étude d’enfouissement des lignes par un cabinet indépendant. Le résultat sera rendu public le 4 novembre, aux élus de la région l’après-midi, puis le soir, à Embrun, pour le reste de la population.
AHD, qui vient très officiellement d’atteindre son 2000ème adhérent en seulement 2 ans, se pourvoira en justice si la Déclaration d’Utilité Publique (D.U.P.) devait être signée par le ministre. Elle a donc besoin de vos dons pour payer l’avocat et l’expert en charge de l’étude d’enfouissement. Pensez aussi à renouveler vos cotisations !
Site internet à visiter, mis à jour régulièrement : www.avenirhautedurance.com

Le Lauzet-Ubaye
On attend toujours l’avis de la préfecture sur le projet de Plan Local d’Urbanisme de la commune, PLU sévèrement critiqué par toutes les administrations concernées. Le procès en appel de l’UTN (Unité Touristique Nouvelle) du Bouas arrivera à la fin de l’année. Le procès en appel du lotissement St Laurent (près du cimetière) se tiendra courant 2014.
Les administrations ont été averties de nombreux problèmes afférents au camping du Bouas actuellement en place (hygiène, pollutions, etc). Au bout de seulement deux ans, les bungalows en bois montrent déjà des signes de détériorations. Cet été lors d’un orage, la piscine a été remplie par une coulée de boue. L’un des sanitaires n’est toujours pas raccordé proprement à l’eau courante, et la plage qui a été aménagée au bord du lac ne propose pas de toilettes, ce qui fait que les dizaines de touristes se soulagent où ils le peuvent… C‘est amusant quand on sait qu’une des justifications de la construction du camping était précisément de lutter contre les problèmes d’hygiène liés au camping sauvage…

Piste forestière DFCI de Sigottier
Depuis plus d’un an, des habitants du Büech s’opposent à la création par la commune de Sigottier d’une "piste DFCI" (Défense de la Forêt Contre l’Incendie). Cette route doit permettre aux véhicules des pompiers d’accéder au cœur des massifs forestiers. Mais le collectif, composé de riverains, chasseurs et écologistes, dénonce un projet démesuré, aux frais du contribuable :
la desserte prévue ferait environ 14 kilomètres (!), dans une forêt de hêtres située à l’ubac (versant à l’ombre), où les sources naturelles sont nombreuses, et donc où les risques d’incendie sont particulièrement faibles. Elle relierait Sigottier aux communes de L’Epine, La Piarre, Montmorin, et serait poursuivie dans quelques années jusqu’à Serres par Saumane.
D’après les opposants, le projet, qui a été conçu sans concertation avec les habitants, est chiffré à 305 000 euros au total ; pour la première phase : 88 200 € du conseil général, 107 800 € de l’union européenne, et 60 000 € de la commune.
La mairie de Sigottier n’envisage aucune étude avant le début des travaux, alors que la forêt concernée est classée ZNIEFF (Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique), et que les travaux risquent de provoquer des glissements de terrain et de modifier le cours des sources qui alimentent les maisons environnantes. Sans compter un risque de développement des sports motorisés interdits par la législation.
Il apparait que cette forêt n’est pas classée ZNIEFF pour rien : plusieurs espèces protégées y ont été observées : 17 sortes de chauve-souris (dont les gîtes, corridors de vol et zones de chasse sont également protégés), des insectes (papillon apollon, semi-apollon, azuré du serpolet), des plantes (gagée jaune, buxbaumie verte (présence très probable)), des batraciens (sonneur à ventre jaune)… ainsi que des espèces rares : cigale des montagnes (première observation certifiée dans les Hautes-Alpes), gélinotte des bois (oiseau)…
Pourquoi une DFCI… et pas une simple piste forestière ? La commune de Sigottier avait initialement pour projet une piste forestière destinée à l’affouage (bois de chauffe), qui a évolué très rapidement avec une transformation en DFCI de plusieurs kilomètres et la construction de deux citernes. Il se trouve qu’une route DFCI permet d’obtenir des subventions plus importantes, à hauteur de 80 %, et de faire supporter à la collectivité des travaux qui auraient autrement été payés par la commune. Le problème, c’est qu’une DFCI entraîne des contraintes importantes : largeur de la route importante, pente faible, double accès, aires de retournement, aires de croisement... ; l’impact environnemental et visuel est donc largement plus important ! 20 hectares de forêt seraient détruits, sur les 250 du massif !
D’autres problèmes ont été soulevés, comme le fait que le chemin communal qui sert d’accès aux pistes DFCI ne peut pas être utilisé par les gros camions de pompiers, que ces énormes dépenses publiques serviront à desservir des forêts privées, et que d’autres dossiers DFCI justifiés ne seront pas financés dans le département, car presque toute l’enveloppe d’aides aura été absorbée par ce projet !
Une pétition a recueilli environ 500 signatures. Le collectif a multiplié les courriers, les rendez-vous, tenu une réunion publique à Serres (80 personnes), et organisé un pique-nique qui a attiré environ 150 personnes. Une requête en annulation a été déposée devant le tribunal administratif de Marseille, et une plainte européenne envoyée.
Informations supplémentaires : http://dfci-sigottier. eklablog.com et pétition : http://petitionpublique.fr/ PeticaoVer.aspx?pi=P2012N28726
Lire l’avis, très complet, de la SAPN (en milieu de page) : http://dfci-sigottier. eklablog.com/recent/4

Mais que fait la police ?
Voici quelques constructions repérées dans la région, et qui enfreignent à priori des lois françaises en matière d’urbanisme. Ce qui est affligeant, c’est que l’état (gendarmerie, mairies, préfecture…) ne fait rien, voire même accompagne les particuliers ou les entreprises dans leurs dossiers.
- Sortie de Gap (commune de la Rochette ?) : une maison de deux étages, située à plus de cent mètres des autres habitations.
- Crots : construction d’un immeuble de deux étages destiné à des bureaux, pas du tout intégré à l’environnement et avec vue plongeante sur le lac de Serre-Poncon.
- Sur les hauteurs de Chorges : un toit ("hangar") de panneaux solaires, construit en pleine nature à plus de cent mètres des habitations, visible de plusieurs kilomètres à la ronde.
- Sur les hauteurs de Montgardin : un hangar de panneaux solaires, situé à plus de cent mètres des habitations, très visible depuis la route départementale et toutes les montagnes environnantes…

NATIONAL ET INTERNATIONAL

Perturbateurs endocriniens ; environnement et santé menacés
Les perturbateurs endocriniens (parmi lesquels bisphenols, phtalates, parabènes, ou encore certains pesticides) recouvrent plusieurs centaines de substances chimiques susceptibles d'interférer à doses infimes avec la régulation hormonale des êtres vivants. L'exposition humaine est précoce (dans l'utérus) et quotidienne du fait de leur grande hétérogénéité : on retrouve en effet des perturbateurs endocriniens dans les produits de consommation, ainsi que dans l'eau, l'air ou les aliments.
Les preuves scientifiques s'accumulent pour désigner ces perturbateurs comme participant à l'épidémie mondiale de maladies chroniques : cancers, troubles métaboliques (diabète, obésité), baisse de la fertilité, troubles comportementaux et développementaux.
Par la pollution environnementale, la toxicité des perturbateurs s'exerce aussi sur la faune sauvage, en particulier aquatique, avec des effets graves sur la capacité de reproduction de nombreuses espèces (exemple : féminisation des poissons d'eau douce).
Il est donc grand temps de pousser les décideurs français et européens à prendre des mesures fortes pour ramener à zéro notre exposition à ces produits. Plusieurs associations (Agir pour l’environnement, Biocoop, le CNIID, Générations futures, Attac, IDAE (ça, c’est nous),…) lancent une campagne citoyenne à cet effet : vous pouvez nous demander des cartes postales gratuites à renvoyer au ministre du redressement productif, au commissaire européen à la santé et aux consommateurs, ainsi qu’aux grands groupes de distribution (Carrefour, Leclerc, Casino, etc).
Informations : www.agirpourlenvironnement.org ou www.animaux-nature.info

L’initiative Stop vivisection

La vivisection désigne à la base une dissection pratiquée sur un animal vivant. Par extension, cela englobe toute expérimentation animale à caractère scientifique : tests des produits cosmétiques (excepté les produits bio), des médicaments, ou encore de certaines armes ou munitions. Elle est critiquée pour sa barbarie depuis des dizaines d’années, et les premières lois de protection des animaux, au 19ème siècle, sont des lois interdisant ou du moins encadrant la vivisection.
Aux raisons éthiques (partagées par 86% des européens d'après un sondage de 2006 de la Commission européenne) s'ajoute l'appel de plus en plus pressant de certains chercheurs, qui affirment que le modèle animal n'a pas de réelle valeur scientifique (soulignons que les effets secondaires des médicaments, pourtant testés sur des animaux, font 18 000 morts par an en France). Selon certaines associations, l’expérimentation animale est même un frein au développement de nouvelles méthodes de recherche biomédicale basées sur les extraordinaires progrès scientifiques de notre époque.
Depuis le 1er Avril 2012, les citoyens peuvent participer à l'activité législative de l'Union Européenne, par le biais de l’ECI ; Initiative Citoyenne Européenne. Avec ce nouvel outil, la Commission européenne est tenue d'analyser les demandes des particuliers lorsqu’une proposition est soutenue par au moins un million d’entre eux, issus d'au moins 7 pays (sur les 27 que compte l'Union).
Ainsi, l’initiative Stop vivisection, qui court jusqu’au 31 octobre, est soutenue par de nombreuses associations, comme 30 millions d'amis, la SPA, la LPO, Antidote Europe, One voice, et bien sûr IDAE (ça, c'est nous).
Au premier octobre, quasiment 700 000 signatures électroniques ont été réunies, et des milliers de signatures sur papier. L’objectif est quasiment atteint ! Pour ceux qui ne l’ont pas fait, merci de signer et de faire signer vos proches ! Attention, il s’agit plus d’un vote que d’une simple pétition : vous devez donner le numéro de votre carte d’identité pour éviter les doublons et le vote des personnes mineures. Vous trouverez tous les détails sur cette page : http://www.stopvivisection.eu/ fr et pour voter sur le site de la C.E.E., c’est ici : https://ec.europa.eu/citizens- initiative/ECI-2012-000007/ public/index.do? initiativeLang=fr

Inondations
Cette année 2013 a été riche en inondations destructrices et meurtrières. En vrac : Pyrénées (3 morts), Côte d’Or, Canada (Alberta), Mexique (Acapulco – 55 morts, 230 000 sinistrés), USA (Colorado – 20 000 maisons endommagées), Chine (Sichuan – 50 morts), Inde (nord du pays – 5000 morts)… A chaque fois des champs inondés, des maisons et du matériel électro-ménager détruits, des voitures emportées, des vies (animales et humaines) gâchées. Les causes ? L’urbanisation galopante et non-maîtrisée (ceci a largement été souligné par le rapport de la cours des comptes PACA du 05/07/2012), et les effets des activités humaines sur le climat. Faut-il rappeler que le cap des 1 milliard de voitures a été franchi en 2011, que l’on fume 4000 milliards de cigarettes par an dans le monde, que les émissions de CO2 sont en hausse constante malgré les promesses politiques, que 5 millions d’hectares de forêt disparaissent chaque année, que… Il faudrait être complètement naïf ou méchamment hypocrite pour croire que toutes ces actions cumulées n’ont aucun impact sur le climat global de la planète.
Alors ? Que fait-on ? Que proposent les râleurs ou les victimes de ces inondations à longueur d’interviews télé ? D’agrandir les digues, d’enrocher les plages, de creuser le lit des rivières, de buser les ruisseaux ou les torrents de montagne ? Ce ne sont là que des pansements sur des plaies !
Mais ces gens-là sont-ils prêts à modifier leurs styles de vies ? A cesser de prendre leurs voitures pour aller chercher du pain à 500 mètres de chez eux ? A travailler à moins d’une demi-heure de leur domicile ? A chauffer leur logement à 18°c maximum ? A opter pour des produits locaux sans suremballage ? A utiliser des matériaux "poreux" au lieu de bétonner leurs terrasses ou leurs chemins ?
"C'est tellement facile de prêcher la façon dont devrait être le monde, mais de tout faire pour que cela ne soit pas conjugué au présent".

Association IDAE
Le bourget
05230 Chorges
Directeur de la publication : Mr Boislève
Site web : www.animaux-nature.info
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.animaux-nature.info
.Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Avenir montagne : IDAE. Le n° 2 est sorti !   Aujourd'hui à 14:49

Revenir en haut Aller en bas
 

Avenir montagne : IDAE. Le n° 2 est sorti !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Avenir montagne : IDAE. Le n° 2 est sorti !
» Avenir Montagne 5
» Doria renommée DUNE chienne croisée montagne des pyrénées
» Vends Patous (Montagne des Pyrénées)
» Perdu Montagne de Lure CHIEN DE CHASSE Griffon poils ras
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Petites Bêtes du Monde :: PBM s'engage :: Actualités-